• Chapitre 6

    La journée avait été chaude, sans doute l’une des plus chaudes de l’été. A présent, le soleil s’approchait de l’horizon et commençait à colorer le ciel de couleurs chatoyantes. Sur la route principale, une jeune princesse à cheval rentrait au château. Elle n’avait que onze ans, mais elle montait déjà son cheval avec toute la grâce d’une princesse. Elle portait une robe légère blanche et ses cheveux turquoise étaient attachés en deux courtes couettes. Il était déjà tard, elle se ferait sûrement réprimander par ses parents à son retour, surtout qu’elle ne pouvait quitter le château seule. Mais elle aimait ses balades à cheval, et les gardes étaient trop contraignants. Et de toute façon, qui oserait s’en prendre à la Princesse de Voline ?

    Alors qu’elle approchait de sa destination, des cris retinrent son attention. Curieuse, elle prit le chemin qui s’éloignait de la route principale pour en découvrir l’origine. Là-bas, elle découvrit un homme qui tirait deux enfants par le bras, les forçant à le suivre. Les enfants, deux garçons, étaient jeunes, plus jeunes que la princesse, et tous deux arboraient la même chevelure blonde. Ils étaient plus que probablement jumeaux, se ressemblant comme deux goûtes d’eau. D’un seul coup d’oeil, elle devina leurs conditions plus que modestes.

    - Laissez-nous ! Criait l’un des deux enfants.

    - La ferme ! Répliqua l’homme.

    Il remarqua alors la présence de la princesse, et un sourire peu amical étira ses lèvres. Il était grand et une longue cicatrice défigurait son visage, le rendant particulièrement laid.

    - Je suis chanceux aujourd’hui ! Trois gosses à revendre, et un cheval en prime !

    - Sauve-toi ! Cria l’un des deux blonds.

    Mais la princesse ne bougea pas. A l’intérieur, elle bouillonnait de rage. Ses parents l’avaient si souvent mise en garde contre ces grandes personnes qui pouvaient faire du mal aux enfants, mais c’était la première fois qu’elle en rencontrait une.

    - Libérez ces enfants, ordonna-t-elle.

    Pour toute réponse, l’homme éclata de rire. Puis, il lâcha l’un des deux blonds, pour sortir un poignard.

    - Allez, viens ici ma belle…

    L’enfant libre ne prit pas la fuite, ne pouvant sans doute pas abandonner son frère, qui semblait effrayé par l’apparition de l’arme. Mais la princesse ne sourcilla pas. Elle se laissa glisser du cheval, se tourna vers l’homme, et sortit l’épée attachée à son flanc. Il s’agissait d’une petite épée, légère, néanmoins cela restait une arme. L’homme se figea, mais c’était trop tard. Agile, rapide, la princesse mania son épée avec facilité, et le poignard s’envola dans les airs. Puis, c’est le bras qui tenait le blond qui fut entaillé profondément. L’homme lâcha un cri de douleur et recula, mais la jeune fille ne comptait pas le laisser partir. Il capturerait d’autres enfants, elle ne pouvait l’épargner. L’homme voulu prendre le dessus par la force en se jetant sur elle, mais elle l’évita adroitement et, profitant de sa lancée sur elle, le transperça en pleine poitrine. L’ennemi finit par s’écrouler, laissant échapper des bruits incompréhensibles, puis il s’immobilisa complètement. Bien qu’elle était agile, la princesse manquait de force et c’est avec difficulté qu’elle retira son épée coincée du cadavre. Elle se tourna ensuite vers les deux blonds, qui l’observaient avec la bouche entre-ouverte.

    - Tu es… Incroyable ! S’exclama l’un des deux.

    - Tu as battu un adulte ! Mais comment tu as fait ça ?

    La princesse leur sourit, un peu fière d’elle. De plus, au château, elle côtoyait peu d’enfants de son âge, alors instinctivement elle avait envie de profiter un peu de leur compagnie.

    - Mes parents veulent que je sois capable de me défendre seule. J’apprends à manier l’épée depuis que je suis toute petite. Au fait, je m’appelle Miku, et vous ?

    - Vous êtes… La Princesse Miku ? Remarqua l’un des blonds, ébahi de se retrouver face à une personne si noble.

    - Moi, c’est Len, et elle c’est ma sœur, Rin.

    Miku hocha la tête, ne remarquant qu’à présent qu’un des deux enfants était une fille. Ils se ressemblaient tellement fort avec leurs cheveux décoiffés et leurs vêtements sales. Prise de compassion, elle eut envie de la laver, de lui offrir une belle robe et de la coiffer. Comme une poupée.

    - Etes-vous loin de chez vous ? Je peux demander à vous faire raccompagner.

    L’enfant dénommé Len haussa les épaules.

    - On n’a pas vraiment de chez nous… On vient d’un orphelinat de Miginnie, mais on s’est fait capturer par un marchand d’esclaves avant d’arriver ici.

    Il n’en fallut pas plus à Miku pour leur prendre la main simultanément.

    - Dans ce cas, venez au château avec moi !

    Cela s’était passé il y a si longtemps, et pourtant, Miku se rappelait encore de la chaleur de leur main dans les siennes, de leurs pas timides en la suivant, de l’admiration et de la reconnaissance dans leur regard. Elle ouvrir les yeux. Elle s’était assoupie sur son énorme lit à baldaquin. Ses cheveux étaient longs à présent, mais elle les coiffait toujours en deux couettes. D’autres coups furent donnés à sa porte, et elle se rendit compte que c’était ce qui l’avait éveillée.

    - Entrez.

    Les enfants qu’elle avait sauvés il y a quelques années maintenant entrèrent dans sa chambre. Bien qu’ils se ressemblaient toujours très fort, Rin ne pouvait plus être confondue avec un garçon à présent. En réalité, parfois, Miku devait avouer que c’était plutôt Len qui gardait des traits féminins. Rin était devenue sa servante attitrée, et Len s’entraînait dur pour devenir son garde du corps. Ils étaient également les amis les plus chers à ses yeux.

    - Tu voulais nous parler ? Demanda Rin de façon familière en s’asseyant à ses côtés sur le lit.

    - Je devais vous faire part d’une décision de mes parents.

    Les jumeaux attendirent, curieux. Miku prit le temps avant de reprendre la parole.

    - Edior a rejeté la demande de mariage proposée par mes parents. Mikuo ne pourra pas épouser la Princesse Alys, le Roi d’Edior a choisi d’accepter de la marier au prince de Katenze.

    Mikuo était son frère ainé, et donc l’héritier du royaume de Voline. Cela faisait longtemps que leurs parents souhaitaient s’unir à Edior afin d’améliorer leurs échanges commerciaux.

    - Tes parents doivent être furieux, remarqua Len, surpris. Ceci ne risque pas d’envenimer les relations entre Edior et Voline ?

    - Non, répondit Miku. Parce que le Roi d’Edior a refusé le mariage pour en proposer un autre, encore plus avantageux pour nous.

    Les deux blonds prirent du temps pour assimiler ce que cela signifiait.

    - Plutôt qu’une simple Princesse, ils ont proposé de marier leur fils Syla, l’héritier direct du Royaume. La Princesse Alys ne viendra donc pas ici. C’est moi qui vais partir pour Edior.

    ***

    Nous sommes si proches. Enfin.

    Alys ne serait pas mécontente de quitter cette forêt qui l’avait tant fait souffrir. Mais elle avait également hâte de tenir sa part du contrat avec Katenze, afin que ceux-ci puissent envoyer des renforts dans son royaume en guerre au plus vite.

    Ils devaient à présent traverser un précipice. Mais le pont qu’ils devaient emprunter semblait avoir souffert du poids des années, si bien que le groupe s’était arrêté, jugeant le danger.

    - Y a pas moyen que je passe par là, remarqua Kyuu, peu confiant.

    - Tu as peur ? S’esclaffa Yohio.

    - N-non ! Se défendit le garçon aux cheveux verts. Je pense juste à la Princesse, il ne faut pas lui faire prendre des chemins dangereux !

    En réalité, pour Alys, au plus vite elle arriverait à destination, au mieux ce serait. Même si le pont ne la rassurait guère, faire un détour pourrait lui faire perdre de précieuses heures.

    - Ce pont est dans cet état depuis longtemps, remarqua Kaito. Il n’en reste pas moins solide et fiable, bien plus que certains passages des environs.

    - Je propose qu’on teste en envoyant Kyuu en premier, proposa innocemment Yohio.

    - T’as qu’à y aller toi !

    - Calmez-vous, leur ordonna Kaito, visiblement exaspéré.

    - Je passe d’abord, Kaito, annonça Shirosaki, mettant fin à ces enfantillages.

    L’homme aux vêtements blancs descendit de son cheval et, le tirant par sa bride, commença sa lente progression sur le pont. Certaines planches grinçaient dangereusement lorsqu’il y posait le pied, mais elles tenaient le coup et il arriva de l’autre côté sans encombre.

    - Vous voyez ? Reprit Kaito. Il n’y a rien de dangereux. Pensez-vous réellement que je mettrais la vie de la Princesse en danger ?

    - Mais elle doit avoir trop peur, remarqua Kyuu.

    - Je n’ai pas peur.

    Pour le prouver, la Princesse s’engagea sur le pont à son tour. Contrairement aux autres, elle n’avait pas de cheval à guider, et si le pont avait soutenu le poids de la monture de Shirosaki, elle était persuadée qu’elle ne courrait aucun danger avec son poids plume. Kaito fit signe aux autres d’avancer, et les jumeaux emboîtèrent le pas à Alys. Le chef et son second fermèrent la marche. Comme l’avait affirmé Kaito, le pont soutint leur poids sans problème, et Alys arriva de l’autre côté sans encombre. Elle se tourna, souriant à Roku juste derrière elle, et alors qu’elle s’apprêta à lancer une remarque à Kyuu sur sa lâcheté, une explosion se produisit au milieu du pont. Cela fut si soudain qu’aucun n’avait eu le temps de réagir. Surprise et sous le choc, la princesse regarda le pont se briser sous l’impact. Roku avait eu le temps de passer, mais les trois autres furent entraînés dans la chute.

    - Kyuu ! S’exclama Roku en se penchant au bord de la falaise.

    Mais ce n’était pas fini. Surgissant des fourrés, Takahashi, son épée à la main, se jeta sur Shirosaki. Ce dernier, bien que surpris également, avait déjà sorti sa propre épée et se défendit. Les deux hommes échangèrent quelques coups d’épée et Alys retenait son souffle. Enfin. Son chevalier était venu à son secours. Shirosaki était peut-être futé, mais il n’avait pas eu le temps d’élaborer de stratégie, et sur le combat à l’épée, Takahashi l’emportait largement. Alors pourquoi était-elle si horrifiée ? Elle se sentait terriblement inquiète pour les autres. Elle se détourna du combat pour rejoindre Roku, qui aidait son frère à remonter sur la terre ferme. Son cheval était perdu, mais lui avait eu le temps de s’accrocher à la falaise. Dans la rivière, elle vit parmi les débris du pont deux chevaux morts, mais pas de trace du reste du groupe. Peut-être étaient-ils sous les débris, ou déjà entraînés par le courant… La princesse se tourna à nouveau vers le combat pendant que les jumeaux, à présent prêts à aider leur compagnon, sortaient à leur tour leur épée. Mais c’était trop tard, Shirosaki était déjà blessé au bras et au flan, et après un dernier assaut, Takahashi lui transperça facilement la gorge. L’homme habillé en blanc s’écroula et, après encore quelques spasmes, il s’immobilisa totalement, baignant dans son sang. Takahashi se tourna alors vers les jumeaux, prêt à affronter ses futurs adversaires. Mais les deux frères, impressionnés à la vue de la mort de leur camarade, laissèrent tomber leur épée à leurs pieds, préférant se rendre. Cependant, Takahashi ne baissa pas son épée et se jeta sur eux.

    - Non ! Cria Alys.

    Takahashi hésita quelques secondes, assez pour que la Princesse s’interpose entre lui et les jumeaux, les bras tendus.

    - Que fais-tu ? Ils se sont rendus !

    - Ecartez-vous s’il vous plait. Je ne peux les épargner.

    - Pourquoi ? Faisons d’eux des prisonniers !

    - Votre Altesse, commença-t-il comme si il s'apprêtait à expliquer quelque chose d'enfantin. Je suis seul, et je dois vous protéger. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous encombrer de deux prisonniers inutiles.
    - Ne pourrions-nous pas simplement les laisser partir ?
    - Pour qu'ils préviennent leurs amis et avoir encore plus d'ennemis à nos trousses ? C'est hors de question.
    - Mais ce sont des gosses ! Vous ne pouvez pas tuer des enfants, je le refuse !

    Elle continua à faire obstacle de son corps, protégeant les jumeaux derrière elle. C'était peut-être idiot, mais elle avait passé du temps avec eux, et il était vraiment difficile de laisser mourir des personnes qu'on a connues, même brièvement. Roku était tellement gentil, et même si Kyuu n'avait pas été des plus agréable, elle n’irait pas jusqu’à souhaiter sa mort. Alys vit Takahashi resserrer sa poigne sur son épée, et elle crut qu'elle avait perdu, mais il finit par ranger son arme furieusement.

    - Vous ne vous rendez pas compte de la difficulté que vous nous infliger.

    Derrière elle, les jumeaux soupirèrent de soulagement. En se tournant vers eux, elle vit leur étonnement dans leurs yeux, ce qui la déconcerta. Agissait-elle de la bonne façon ? Elle ne voulait pas voir mourir des enfants, mais elle se rappela qu’ils étaient plus âgés que leur apparence. C’étaient des brigands, qui l’avaient capturée et même blessée, qui avaient déjà commis tant de délits et qui en commettraient encore. Pourtant, elle continuait de croire qu’elle pourrait leur faire changer de voie, comme elle l’avait proposé à Roku il y a plusieurs jours. Mais elle avait beau chercher des excuses, elle ne pouvait nier qu’elle s’était attachée à ce groupe de brigands. Elle était encore inquiète pour Kaito et Yohio, et même voir le corps sans vie de Shirosaki ne lui donnait pas la satisfaction qu’elle aurait dû ressentir d’avoir été sauvée.

    - Comment as-tu fait ça ? Demanda Alys pour changer de sujet pendant que Takahashi désarmait les jumeaux. Faire exploser le pont.

    - Lorsque je vous ai trouvés, j’ai deviné vu la trajectoire que vous preniez que vous passeriez par ce pont. Je ne pouvais me battre seul contre tant de brigands, l’embuscade semblait la seule solution, alors je vous ai devancés. J’ai piégé le pont avec de la poudre, que j’ai enflammée en tirant une flèche.

    Il alla d’ailleurs ramasser l’arc, qu’il avait dû laisser tomber en se jetant à l’épée contre Shirosaki.

    - Je ne pouvais prédire en quel position vous passeriez, et je ne pouvais tirer si vous n’étiez pas en sécurité ou si je ne pouvais en faire chuter assez, car ma position serait d’office dévoilée. Une chance que ce jeune brigand n’aie pas intervenu, j’aurais eu bien plus de mal à un contre deux, ou il aurait pu vous menacer pour me neutraliser. Cela s’est déroulé au-delà de mes espérances.

    Roku sembla ne se rendre compte qu’à présent qu’il n’avait pas agi comme il l’aurait dû. Il s’était tellement inquiété pour son frère qu’il n’avait rien fait pour aider Shirosaki, qui était mort à présent. Alys devina aisément sa culpabilité alors qu’il jeta un regard horrifié au cadavre, puis à son jumeau. Ce dernier secoua la tête pour lui dire de ne pas s’en faire, et la princesse commençait à le connaître assez pour savoir qu’il préférerait que Roku laisse mourir des centaines de compagnons plutôt qu’il se mette lui-même en danger.

    Il était temps de se remettre en route. Ils ne possédaient plus que trois chevaux : celui de Takahashi, celui de Shirosaki et celui de Roku. Takahashi et Alys en chevauchèrent chacun un, tandis que les jumeaux, désarmés et les poignets ligotés, se partageaient le dernier, lui-même attaché au bout d'une corde à la monture du chevalier pour éviter toute tentative de fuite. Le voyage se déroulait en silence, Alys ne cessant de douter d’elle. Pas d’avoir épargné les jumeaux, elle le referait. Mais de s’être ainsi attachée au groupe de brigands. Elle n’aurait pas dû discuter ainsi avec eux ni se laisser attendrir. Syla n’aurait jamais sympathisé avec des ravisseurs. Elle s’était montré faible, encore une fois. Elle lança un regard aux jumeaux, qui semblaient aussi mal à l’aise qu’elle, mais ce qui la surprit, fut qu’ils n’avaient montré aucun signe d’inquiétude pour leur chef et son second. Elle approcha son cheval du leur, bien décidée à en avoir le coeur net.

    - Vous devez être très inquiets pour vos compagnons…

    - Kaito va bien, affirma Roku. Il ne peut pas mourir pour si peu, c’est impossible.

    - Par contre, ce serait bien si Yohio était mort, lança Kyuu. Mais je n’y crois pas trop non plus.

    Elle lança un regard noir à l’ainé pour sa remarque déplacée, mais elle retint surtout la certitude avec laquelle Roku avait prononcé ses paroles. Si pour Takahashi, cela ne devait être qu’une fidélité sans faille, elle savait que le cadet se montrerait beaucoup plus inquiet pour le chef qu’il admirait tant. Même si il ne pouvait le dire devant le chevalier, il venait de lui confirmer qu’il savait que les autres avaient survécu à la chute.

    - Et… merci de vous être interposée, rajouta Roku sans la regarder.

    - Ne la remercie pas trop vite, reprit Kyuu, comme si un remerciement était trop lui demander. On ne sait pas quel sort attend les prisonniers à Katenze…

    Vu qu’elle sentait la désapprobation de Takahashi, elle mit fin à la conversation après un dernier sourire rassurant pour Roku. Katenze était tout proche à présent. Ils commençaient à apercevoir les premiers villages qui bordaient la forêt. Dire que la jeune princesse avait imaginé son arrivée au royaume dans le carrosse royal, avec ses servantes préférées, habillée et coiffée pour l’occasion. L’émotion la submergea en repensant à ses amies. Elle regarda sa robe, déchirée, sale, et elle n’osait imaginer l’état de ses cheveux. Toutes ces épreuves lui revenaient en mémoire maintenant qu’elle était de retour à la civilisation. Elle se frotta les yeux, tentant de se calmer. Ce serait encore pire si elle faisait son entrée avec les yeux rougis.

    Ils s’arrêtèrent dans une auberge aux allures sûres pour la nuit. La femme de l’aubergiste, très compréhensive, aida Alys à se laver et lui prêta sa seule robe, celle qu’elle gardait pour les grandes occasions. Touchée, Alys lui promit de la lui ré-envoyer dès qu’elle aurait atteint le château, accompagnée de dix autres robes pour la remercier. Bien que la robe était assez étroite au niveau de la poitrine, elle se sentait mieux. Il sera également tellement agréable de dormir dans un vrai lit en étant parfaitement propre et parfumée ! Elle avait sa propre chambre, tandis que Takahashi partageait la sienne avec les prisonniers, bien qu’Alys devina sans mal que les jumeaux devraient dormir à terre, toujours attachés. Le chevalier n’avait aucune confiance en eux et le faisait bien comprendre. Le repas aussi fut un grand réconfort pour Alys. Malgré que les brigands l’avaient bien nourrie, manger autour d’une table des plats préparés lui avait manqué. Lorsque la princesse se coucha après le repas, elle s’endormit presque immédiatement, profitant enfin d’un vrai sommeil réparateur.

    Le lendemain, ils reprirent la route à l’aube. Ils n’étaient plus très loin du château, et si Alys se sentait rassurée, une partie d’elle craignait toujours la rencontre avec son prétendant. Honteuse, elle remarqua qu’elle se le représentait sous les traits de Kaito, et elle chassa cette image de son esprit avec vigueur.

    Ils n’étaient pas partis depuis vingt minutes qu’un groupe de cavaliers portant la bannière de Katenze vint à leur rencontre. Ils étaient une dizaine, dont le capitaine semblait être la femme qui s’avança pour les saluer.

    - Bienvenue à Katenze, Votre Altesse Alys. Nous nous sommes mis en route dès que nous avons appris votre arrivée. Je suis Maika, capitaine de l’armée, et j’assurerai votre protection jusqu’au château. Nous sommes désolés d’apprendre vos mésaventures, sachez que Katenze fera son possible pour que justice soit faite.

    Alys avait vu Takahashi envoyer un message par pigeon la veille, mais elle ignorait qu’une telle procession viendrait à sa rencontre. Cela lui fit plaisir et la rassurait, craignant au fond d’elle qu’elle ne serait pas la bienvenue dans ce royaume étranger.

    - Je vous remercie. Nous avons hâte de découvrir le château.

    - Bien entendu.

    Maika, dont les cheveux blancs attachés en couettes tiraient vers le rose, donna quelques ordres à ses hommes qui encadrèrent le petit groupe. Le second de Maika était aussi une femme, ce qui étonnait quelque peu Alys. A Edior, jamais une femme ne pouvait atteindre un rang aussi haut dans l’armée. Elle se nommait Leora, possédait des cheveux rouges attachés en queue, et elle avait quelque chose de plus sauvage que sa capitaine. Maika semblait douce aux premiers abord, bien qu’Alys ne doutait pas de sa force.

    Au bout de quelques heures de voyage tranquille, Maika désigna à Alys l’horizon. Tout en haut de la vallée se dressait fièrement le château de Katenze.

    Enfin, pensa Alys. Enfin. Tout va s’arranger maintenant, tout va bien…

    Chapitre 7 >>


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 1er Novembre 2016 à 14:38
    Coucou !
    Voilà, je donne mon avis complet sur ce chapitre. En fait, je l'aime beaucoup, il est très agréable à lire !
    Déjà, j'aime pas mal l'idée de commencer directement par le flash-back. D'un côté, ça explique directement la relation entre Miku, Rin et Len, et puis, j'ai trouvé ça bien amené. J'ai été étonné par le fait que Miku n'ait que 11 ans, mais par la suite on se rend compte que cela se déroule dans le passé. Leur relation a l'air d'être très intéressante à suivre, et on s'attache à eux tout de suite.
    Il y a aussi une nouvelle pièce dans l'échiquier, avec ce nouveau Royaume, je me demande bien ce qu'ils vont pouvoir apporter au conflit entre Miginnie et Edior. Ce côté d'alliances entre Royaumes, ça donne un petit côté 'Trône de Fer' à la fiction (et j'aime beaucoup ça), et tu expliques ça bien, on n'a pas de mal à suivre pour l'instant. En tout cas, même s'ils viennent d'être introduits dans l'histoire, ces personnages donnent envie de les suivre...

    L'histoire d'Alys évolue aussi pas mal. Et elle est enfin secourue ! J'avoue même avoir eu un peu peur pour Kyuu, je ne voulais pas que les jumeaux soient séparés. C'est même bien qu'elle les emmène avec elle finalement, je me demande à quoi ils vont pouvoir être utiles^^ La scène de combat était bien écrite aussi, l'action se suit bien. De plus, Kaito doit encore leur réserver quelques surprises...

    Et Alys arrive à Kantenze. J'espère qu'on va pouvoir en apprendre plus sur ce Royaume (et sur Leora aussi, elle doit certainement cacher des secrets).

    Voilà, en gros, on voit que l'histoire se complexifie, mais pas trop rapidement, ce qui permet de suivre l'action sans trop de difficultés, et ça donne aussi envie d'en savoir plus sur cette guerre.
    Peut-être un petit regret de ne pas en avoir appris davantage sur l'histoire de l'enfant caché à Miginnie, mais je peux comprendre... Le chapitre est déjà assez dense comme ça, donc ça sera certainement pour plus tard^^

    Bonne continuation !
      • Dimanche 6 Novembre 2016 à 16:44

        Merci aussi pour ton avis détaillé ! ^^

        J'ai lu les trônes de fer, ça doit certainement m'influencer pour certaines choses ;)

        C'est vrai que même si on savait que Takahashi recherchait Alys, on entendait plus parler de lui, du coup il y a un petit effet de surprise quand même je pense. C'est vrai qu'en écrivant ce passage, je me suis demandée comment auraient réagi les jumeaux si ils avaient été séparés, mais heureusement ça ne s'est pas produit ;)

        Ce n'est pas un spoil de dire que oui, Kaito sera encore présent dans la fiction :p

        Je vais essayer de garder cette logique de ne voir que deux points de vue de personnage par chapitre, justement pour éviter que ça ne soit trop dense. Et vu ce qu'il arrive à Yukari dans le chapitre précédent, je trouvais ça justement bien de ne plus y faire d'allusion dans ce chapitre-ci, du genre voilà son histoire est coupée net. Je ne sais pas si l'effet est réussi, mais en tout cas vous continuerez à entendre parler de l'héritier de Miginnie ;)

        A bientôt !

    2
    Mardi 1er Novembre 2016 à 15:55

    C'est un bon chapitre ^-^

    J'ai voulu donner mon avis dans le sondage, mais aucune réponse ne me venait. Je pense qu'il faut que tu continues comme tu le sens, comme tu le veux. Après tout, écrire pour soi c'est plus rassurant et productif que d'écrire pour les autres, surtout que chacun à ses envies et ses attentes, c'est assez dure.

    Après, recevoir des rectifications, des avis qui t'aideront à t'améliorer, je ne peux pas nier leur légitimité. C'est pour ça que je te donne mon avis sur ton histoire jusque-là. Je ne suis pas très expérimentée dans l'écriture, mais bon je te donne un aperçu de mon ressenti ^-^

    Alors je trouve que le personnage d'Alys est très bien développée, ainsi que tous les autres personnages principaux. Au début, je me perdais un peu dans les personnages, parce qu'il y en avait pas mal et qu'on ne les connaissait pas très bien, mais maintenant, je me suis bien accroché à quelques uns. Donc pour les personnages, c'est du bon !

    Je trouve que tu expliques très bien les différentes situations des royaumes, j'ai tout compris donc ça aussi c'est du bon. De même, l'avancé de l'histoire n'est pas prévisible, et ça donne un grand plus à l'histoire qui nous surprends la plupart du temps.

    J'aimerai beaucoup que Alys et Kaito se retrouve ensemble, et développe des sentiments l'un envers l'autre (en tout cas il y a des fortes chances xP) mais bon ça reste mes petites envies personnels x)

    Bref c'est du bon ! Bon courage pour la suite !

      • Dimanche 6 Novembre 2016 à 16:35

        Merci d'avoir donné un avis ;)

        J'espère que d'autres n'ont pas eu de problème avec le sondage, ce serait dommage que des avis se perdent. Je comprends ce que tu veux dire par écrire pour soi, mais oui j'aime quand même avoir des retours sur ce que je fais :)

        C'est une inquiétude que j'avais, pour le nombre important des personnages, mais tant mieux si on s'y attache quand même.

        Hehe, à voir comment les couples vont évoluer ;)

        Encore merci et à bientôt !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :