• Chapitre 8

    Trois mois s’étaient écoulés depuis l’arrivée d’Alys à Katenze. En ce moment-même, la jeune princesse avait mis de côté ses belles robes et chaussures raffinées pour une tunique ordinaire et des bottes, et s’entraînait avec une épée en bois contre Maika, la capitaine des gardes et fidèle amie. Depuis qu’elle avait commencé à apprendre à se battre, Alys avait dû faire face à bien des douleurs et épuisements. Se battre demandait une bonne condition physique, ce que la fille à la tresse n’avait jamais développé. Chaque matin, Maika l’emmenait courir en dehors du château pour augmenter son endurance, et lui proposait diverses activités physiques pour augmenter sa force. Les muscles endoloris, Alys devait ensuite subir les coups des épées de bois et les combats à mains nues. Pourtant, endolorie et épuisée, la princesse ne s’était jamais sentie aussi satisfaite d’elle-même. Elle était encore très faible, mais elle arrivait à étonner la capitaine par son agilité et son adresse à l’épée qu’elle améliorait de jour en jour.

    Edior était tombé. La nouvelle était parvenue trois semaines après le début de l’assaut des troupes de Miginnie. Edior avait bien tenu, mais n’avait pu repousser indéfiniment les forces ennemies. Les habitants avaient du mal à accepter la nouvelle reine, si bien qu’il y eu de nombreux mouvements de protestation et nombre de prisonniers furent faits. Les rebelles étaient pendus pour servir d’exemple, et Alys n’osait imaginer combien de visages familiers s’étaient retrouvés sur la potence. Ses parents et son frère Syla avaient également été fait prisonniers. Elle espérait qu’ils étaient bien traités, mais n’étant plus conviée aux conseils royaux, elle n’obtenait plus que de rares nouvelles grâce à Maika. Katenze avait accepté un accord commercial avec Miginnie, mettant également fin aux quelques conflits qui avaient éclatés à la frontière de leurs pays. La paix entre les différents royaumes semblait enfin revenue. Mais Alys ne pouvait l’accepter.

    Son mariage était également officiellement annulé. Loin d’être affligée par cette nouvelle, Alys se demandait toutefois ce que Katenze comptait faire d’elle à présent. Apparemment, ils avaient refusé de la livrer à Miginnie, ce dont elle était reconnaissante. Même si elle savait que ce n’était que par intérêt car elle représentait un otage précieux. Ne souhaitant plus prolonger les conflits, Miginnie avait accepté, sous la condition que Katenze annule le mariage et veille à ce qu’elle ne tente de se venger. Maika lui avait aussi appris qu’ils veilleraient à ce qu’elle ne se trouve un mari, prévoyant pour cela de lui faire prendre une voie religieuse, de crainte qu’elle n’ait un enfant qui pourrait un jour récupérer le trône.

    - Joli coup ! La complimenta Maika en repoussant un dernier assaut à l’épée.

    Alys recula, reprenant son souffle. Elle se demanda tout à coup ce que penserait sa mère en la voyant ainsi habillée et couverte de sueur, pratiquant une activité si dangereuse. Et son père, serait-il fière d’elle comme il l’était lors des entraînements de Syla ? Alors qu’elle pensait à sa famille, elle fut parcouru d’une douloureuse nostalgie.

    Bientôt, nous serons de nouveau réunis… Se promit-elle à elle-même.

    L’heure du repas approchait. Lavée et habillée d’une robe turquoise, personne n’aurait pu deviner que la jeune princesse avait passé sa journée à s’entraîner. Cependant, il était difficile de ne pas se faire voir ni d’expliquer de si longues absences. La vérité avait donc très vite été découverte. Cela n’eut cependant aucune conséquence. Certaines personnes se moquaient ouvertement, d’autres hochaient la tête d’un air compatissant, comme si ce n’était qu’une tentative désespérée et inutile d’une princesse déchue. Personne ne semblait prendre ces entraînements très au sérieux. Le roi et la reine semblaient même satisfaits de ne pas l’avoir dans les pieds à longueur de journée. Même si elle complotait une vengeance, seule et captive de Katenze, elle ne représentait guère une menace.

    Alys entra avec Maika dans la salle où était servi le repas. Plusieurs longues tables étaient alignées face à la porte. La salle était déjà pleine et les bruits de conversations, des enfants jouant entre les tables et des chiens se disputant des restes d’anciens repas emplissaient tout l’espace. Les deux femmes se dirigèrent vers la seule table perpendiculaire à toutes les autres, celle du roi et de ses convives. Surélevée sur une estrade, elle faisait face à toutes les autres tables. Au centre, le roi et la reine étaient en pleine discussion en attendant le repas. Assis à côté de son père, Kyo fit signe à Alys de le rejoindre. La fille à la tresse accepta l’invitation et s’assit sur la chaise de libre, tandis que Maika rejoignit une place en bout de table.

    - Vous êtes tellement jolie dans cette robe, la complimenta Kyo, Cela vous sied tellement mieux que ces horribles tuniques d’entraînements…

    Si le mariage avait été annulé, le prince de Katenze ne semblait point s’en formaliser et continuait de séduire la princesse. Alys en était flattée, bien qu’elle ne pouvait lui rendre ses sentiments. Certaines de ses paroles et de ses actions ne lui plaisaient pas, et courtiser était une de ses dernières priorités en ce moment.

    - Arrêtez donc de venir m’espionner durant les entraînements, si vous n’aimez guère me voir ainsi, répondit-elle en essayant d’être ferme sans être trop froide.

    Kyo rit de bon cœur.

    - Ces tenues sont horribles, mais vous… Il est intéressant de vous voir sous toutes vos… facettes. De toute façon, ce que je voulais dire, c’est que vous ne devriez pas faire ces efforts. Vous êtes si douce, si délicate… Cela serait un tel gâchis de déformer une si belle silhouette en vous musclant inutilement.

    - Devrais-je plutôt passer mes journée à coudre enfermée dans ma chambre ?

    - Vous pourriez passer plus de temps avec moi.

    A ce moment, la porte de la cuisine s’ouvrit et les serviteurs entrèrent, plats en main. Alys jeta un regard automatique vers eux sans grande conviction. Elle avait espéré apercevoir de temps en temps Kyuu et Roku, les jumeaux qu’elle avait sauvés d’une vie de brigands. Mais jamais ils ne servirent en salle. Elle pensait qu’ils devaient donc s’occuper de tâches en cuisines, mais lorsqu’elle s’y était rendu à de rares occasions, elle ne les y avait pas croisés non plus. Inquiète que le roi ait changé d’avis sur leur sort suite à la défaite d’Edior, elle avait interrogée Maika à ce sujet, mais cette dernière lui assura qu’elle n’avait pas entendu de changement d’ordre à ce sujet, et en tant que capitaine de garde elle lui assura qu’aucuns jumeaux n’étaient captifs ou avaient été pendus récemment. Alys n’avait osé investiguer plus, sachant qu’elle n’avait aucune raison de montrer trop d’intérêt envers eux. Elle se doutait qu’elle ne les reverrait plus, mais de temps en temps, à l’heure des repas, son regard se promenait encore distraitement parmi les serviteurs.

    - Passer plus de temps avec vous, répéta Alys alors que son assiette se remplissait d’un beau morceau de dinde. Je ne peux pas. Ces entraînements sont importants pour moi.

    Kyo soupira bruyamment.

    - Accepteriez-vous au moins de vous promener avec moi dans les jardins ce soir ? J’aime tellement nos conversations.

    Je ne crois pas que ma conversation soit ce qui vous intéresse le plus chez moi.

    Elle ne pouvait se montrer désagréable avec le prince cependant. Après tout, Katenze continuait de la traiter avec importance malgré la chute d’Edior, elle devait se montrer reconnaissante.

    - Ce serait un plaisir.

    Kyo continua de discuter avec elle durant tout le repas, puis il dut s’absenter pour donner des ordres à des chevaliers. Alys en profita pour se reposer dans sa chambre, seule. Alors que la nuit tombait, elle appela une servante pour l’aider à se refaire une beauté. Elle avait défait sa tresse et ses cheveux tombaient à présent gracieusement dans son dos. Elle se rendit ensuite au lieu du rendez-vous. Elle arriva la première et s’assit sur un banc en attendant le prince. Les jardins du château étaient grands mais moins bien entretenus qu’à Edior. Deux écureuils gambadaient joyeusement entre les arbres avant de disparaître de son champ de vision. Elle leva les yeux pour observer le ciel. Les premières étoiles apparaissaient. C’était une belle soirée.

    - Je suis désolé de vous avoir fait attendre.

    Kyo, très élégant dans son costume pourpre, lui fit un baise-main.

    - Je viens d’arriver également, mentit Alys pour la forme.

    Elle se leva et commença à marcher à ses côtés dans les jardins. Ils semblaient seuls, et Alys profita de ce moment de tranquillité. Sans être éperdue de lui, et sans prendre en compte son regard se perdant régulièrement dans son décolleté, la compagnie de Kyo n’était pas désagréable. Il lui parla de le chasse dont il était revenu la semaine passée, du nouveau cheval qu’il avait reçu de son père, du prochain tournoi qui approchait et qu’il comptait bien remporter.

    - Cela doit être si difficile pour vous, dit-il soudainement. L’avenir doit vous paraître si incertain.

    - Oui… Avoua Alys.

    Ils étaient arrivés dans un coin reculé du jardin. Ils étaient à l’abri des regard, et Kyo s’arrêta.

    - J’aimerais tellement pouvoir faire quelque chose pour vous… Pour vous consoler…

    Il passa doucement ses bras autour d’elle et se pencha pour l’embrasser. Automatiquement, Alys se recula.

    - Kyo… Nous ne sommes plus fiancés…

    - Cela ne me dérange pas.

    - Mais vos parents…

    - Je sais, cela serait très problématique que vous tombiez enceinte. Mais vous, cela vous arrangerait, non ? Un héritier mâle qui pourrait reprendre Edior…

    Son étreinte devint plus ferme alors qu’elle tenta à nouveau de se libérer. Malgré ses entraînements, il restait physiquement bien plus forte qu’elle. Il força ses lèvres sur les siennes, tentant de la faire céder. Mais cela eut pour seul effet de faire paniquer encore plus la jeune femme. Avec horreur, elle sentit une main froide se glisser dans son décolleté.

    - Arrêtez, s’il vous plaît, insista-t-elle lorsqu’il dut reprendre son souffle, la voix tremblante mais ferme.

    Mais Kyo ne l’écoutait pas. Il repassait déjà à l’attaque, ses mains se glissant à présent sous la jupe de sa robe. Cette fois, Alys réussit à répliquer et gifla violemment le prince. Sous le choc, elle profita de son geste pour se libérer totalement et s’enfuit à toute jambe. Son coeur battait la chamade dans sa poitrine. Elle avait eu tellement peur… Et malheureusement, elle savait que les ennuis ne faisaient que commencer. Elle avait giflé le prince de Katenze…

    Kyo resta un moment sur place, bouillonnant de rage. Au lieu de profiter de l’honneur qu’il lui faisait, la jeune femme l’avait humilié ! Comment pouvait-elle oublier aussi vite la situation dans laquelle elle se trouvait ? Will et Yuu réapparurent rapidement à ses côtés.

    - Tu nous avais demandé d’empêcher que vous soyez interrompus, remarqua Will. Mais nous ne savions pas si nous devions la retenir si elle essayait de s’enfuir…

    - Peu importe, qu’elle fuie pour le moment. Elle finira dans mon lit, qu’elle le veuille ou non.

    - Ou… Tu pourrais t’excuser de l’avoir brusquée et tenter de la séduire correctement ? Proposa timidement Yuu.

    Kyo le foudroya du regard, puis reprit la marche.

    - J’ai besoin de me changer les idées. Si nous allions en ville chercher une taverne ? Une jolie serveuse pourrait me faire oublier cet affront…

     

    ***

     

    Luka continuait de siéger au château de Miginnie. Maintenant que les guerres avaient cessées, ses principales préoccupations auraient dû être le maintient de la sécurité dans ses terres et l’expansion de leur pouvoir commercial. Cependant, les anciens habitants d’Edior continuaient de se rebeller de temps en temps, malgré les punitions et pendaisons qui en résultaient. La reine devait donc faire de nombreux aller-retour au château d’Edior pour rétablir l’ordre.

    - Que puis-je faire pour leur faire comprendre ? Maugréât un jour la reine, regardant avec agacement l’homme pendu devant elle. Je ne vais quand même pas tous les exterminer !

    Les Edioriens (bien qu’ils étaient devenus Miginniens, tout le monde les appelaient encore de cette façon pour marquer la différence, Edior étant maintenant une région faisant partie du Royaume de Miginnie) se plaignaient que la reine utilisait leurs ressources pour les Miginniens et que eux se retrouvaient dangereusement appauvris. Ce que Luka considérait comme parfaitement normal. Miginnie avait souffert de longues années à cause d’Edior. Maintenant qu’ils avaient perdu la guerre, elle n’hésitait pas à les traiter en perdant. Il fallait qu’elle leur fasse accepter leur destin, leur infériorité par rapport à son royaume.

    - J’ai entendu que beaucoup d’habitants s’inquiétaient du sort de la famille royale, remarqua Yuuma. D’habitude, les personnes royales captives continuent d’être bien traitées malgré qu’elles aient perdu. Sans crime grave, il n’est pas habituel de jeter au cachot une famille royale.

    - Ils refusaient de se rendre pacifiquement, je voulais montrer ce qu’il en coûtait de me tenir tête, personne importante ou non.

    Un éclat brilla soudainement au fond des yeux de Luka.

    - Mais oui, voilà la solution… Pendre la vermine ne peut suffire à montrer l’exemple. Il faut que je mette à mort une personne tellement importante que le peuple entier comprendra qu’il ne servira à rien de se rebeller.

    - Vous ne pouvez pas pendre un membre de la famille royale, s’inquiéta Yuuma.

    Luka se tourna vers lui en fronçant les sourcils. Il était rare que son chevalier le plus fidèle montre son désaccord envers elle.

    - Ce que je veux dire, reprit Yuuma, comprenant son erreur, est que cela vous causerait bien plus de tort que de bien. Pour l’instant, ce sont les Edioriens qui sont en tort, ils refusent d’obéir malgré que vous ayez pris le pouvoir à la loyale. Mais si vous tuer un membre de la famille royale sans raison valable, vous prendrez certes le dessus sur eux, mais votre réputation en payera le prix…

    Luka médita quelques secondes. Evidemment, il avait raison. Elle devait continuer à avoir le beau rôle. Elle s’étonna de s’être ainsi emportée, elle qui d’habitude restait calme en toute circonstance. Mais elle ne trouvera jamais la vraie sérénité tant que les Edioriens continueront à lui tenir tête, et tant que le véritable héritier continuera de vivre, représentant sans cesse une menace à sa place sur le trône.

    - Sans raison valable, répéta-t-elle.

    Un sourire se dessina sur son visage. Elle avait retrouvé son calme.

    - Yuuma, si la famille royale tentait de m’assassiner, il serait juste que je les tue pour me défendre n’est-ce pas ?

    - Oui. Mais comment pourraient-ils tenter de vous tuer alors qu’ils se trouvent au cachot ?

    - Ils pourraient tenter de s’évader. Un garde un peu distrait, une occasion qui se présenterait miraculeusement…

    - Je vois. Mais même si nous les encouragions à s’évader, que nous garantit qu’ils vous attaqueraient ?

    - L’important n’est pas ce qu’ils feront, remarqua Luka. L’important est ce que nous prouverons qu’ils ont tenté de faire.

    Yuuma hocha la tête. Il avait très bien compris le plan de sa reine. Le roi, la reine et le prince d’Edior tomberont bientôt dans le piège de Luka, sans qu’ils ne puissent rien faire pour se défendre.

     

    ***

     

    Gakupo ralentit son cheval en arrivant au point de rendez-vous. Kaito l’attendait déjà, sur son propre cheval. Le chef du clan avait encore des égratignures de sa récente chute, mais aucune blessure sérieuse. Yohio, lui, avait eu moins de chance. Une jambe cassée l’obligeait à rester au camp, ce qui était un coup dur pour le jeune homme ne vivant que pour l’action. Heureusement, il était entre de bonnes mains et personne ne doutait de son rétablissement.

    Après de rapides salutations, l’homme aux cheveux bleus entra directement dans le vif du sujet.

    - Alors ?

    - Tu as de la chance que j’aie encore de bonnes relation à Katenze, j’ai pu faire le nécessaire.

    - Ils prétendent avoir renforcé la sécurité face aux brigands, mais je suis soulagé de voir que tu aies pu encore faire tout ce chemin sans encombre. Tu dois réellement ressembler plus à un noble qu’à un brigand. Sans doute grâce à tes longs cheveux si bien entretenus ?

    - Trêve de moqueries, le coupa Gakupo.

    Le jeune homme passait effectivement beaucoup de temps à prendre soin de ses cheveux. Ce qui était assez rare pour un brigand, mais pratique pour passer inaperçu en ville.

    - As-tu vu Meiko ? S’enquit ensuite le chef avec un air plus sérieux. Elle va bien ?

    - Oui. Je n’ai pu lui parler que brièvement, elle semblait assez anxieuse. Mais elle était en pleine forme.

    - Tant mieux. J’aimerais la revoir un jour, mais elle semble toujours si occupée.

    Ils reprirent la route côte à côte, mais Kaito sentait que son compagnon avait des questions à lui poser. Il ne l’aida cependant pas à lancer le sujet.

    - Kaito, que mijote-tu ? Finit par demander l’homme aux cheveux violets.

    - Pourquoi crois-tu que je mijote quelque chose ?

    - L’ordre que tu m’as donné, entre autre.

    Kaito arrêta son cheval et regarda autour de lui, s’assurant qu’ils étaient seuls. Gakupo s’arrêta également, curieux.

    - Je suis heureux que tu me poses la question, reprit-il. Evidemment, que je mijote quelque chose. Seul Shirosaki était au courant de ce plan. Mais maintenant qu’il est mort, j’ai besoin de mettre quelqu’un d’autre dans la confidence. Car si il venait à m’arriver quelque chose, il faut que quelqu’un poursuive le plan à ma place.

    - Pourquoi pas Yohio ? Proposa Gakupo, se demandant pourquoi son second n’était pas dans la confidence.

    - Il n’a jamais été bon pour tenir un secret. Et puis, même si j’ai confiance en lui, je sais qu’il chercherait à tirer avantage de la situation, ce qui pourrait mettre tout le plan en péril. J’ai besoin de personnes calmes, réfléchies, qui ne parlent pas sans raison, comme Shirosaki… ou comme toi. Gakupo, je te connais depuis que je suis brigand, et j’ai une totale confiance en toi. Je sais aussi qu’en cas de nécessité, tu feras ce qui est juste.

    Gakupo écoutait patiemment. Il était heureux de la confiance que lui accordait le chef du groupe, qu’il connaissait effectivement depuis bien longtemps, et était aussi soulagé d’enfin savoir ce qu’il complotait.

    - Je me montrerai digne de ta confiance. Je jure que je garderai ton secret et t’aiderai à accomplir tes plans.

    - Très bien…

    Gakupo écoutait gravement les propos de son chef. D’abord, il fut très surpris. Leur groupe de brigands était certes devenu puissant et très important, mais jamais il n’aurait cru qu’ils seraient mêlés à un si grand événement. Mais il comprenait également mieux certaines décisions de son compagnon. Il admirait encore plus son chef, et sa capacité à se hisser toujours plus haut.

     

    ***

     

    Alys, tremblait comme une feuille lorsqu’elle arriva dans le hall du château. Elle n’arrivait toujours pas à croire qu’elle avait giflé Kyo. Allait-il encourager ses parents à lui enlever ses privilèges ? Ou se vengerait-il en la forçant à coucher avec lui ? Elle avait tellement peur qu’elle ne s’étonna pas de voir Maika s’avancer vers elle d’un air grave. Alys avait envie de se réfugier dans ses bras et de tout lui dire. Mais oserait-elle avouer ce qu’il venait de se passer ? Il était dangereux d’accuser un prince, mais Maika était son amie… Cependant, Alys n’eut pas l’occasion d’y réfléchir plus longtemps. Maika venait de la serrer d’elle-même dans ses bras. La princesse en fut d’abord stupéfaite. Etait-elle déjà au courant ? Comment était-ce possible ?

    - Oh, Alys, je suis tellement désolée, commença-t-elle, ne sachant visiblement pas comment aborder le sujet. La nouvelle vient d’arriver. C’est horrible.

    Elle se recula pour regarder la princesse dans les yeux, tout en continuant de la tenir dans ses bras.

    - Que se passe-t-il ? S’inquiéta Alys, comprenant qu’il s’agissait d’une autre mauvaise nouvelle. Dis-le moi, Maika…

    - C’est votre famille… Ils ont tenté de renverser la reine Luka. Mais ils ont échoué.

    Alys retint son souffle. Ce n’était pas possible. Tout mais pas ça.

    - La reine Luka a fait pendre la famille royale d’Edior.

     

    Fin de la première partie.

     

    Mot de l’auteur :

    Et voilà la première partie terminée ! Je sais qu’il y a beaucoup de personnages à introduire, certains n’ont même pas encore pu montrer leur importance dans l’histoire…

    (-Miku : Est-ce qu’on a vraiment un rôle dans cette histoire ?
    - Rin : On commence à se le demander…
    - Len : Je croyais qu’on était tes personnages préférés ?

    XD J’adore faire parler les personnages de mes fictions comme ça, dans les mots de fin ou dans les commentaires. Pour ceux qui n’aiment pas, pardonnez-moi de le faire de temps en temps ! x) Bref.)

    Cette première partie était assez lourde à ce niveau-là, mais nécessaire. Il y a aussi tout un monde à apprendre : Edior, Miginnie, Katenze, Voline,… En plus d’un guide des personnages, je pense préparer un guide sur les lieux de l’histoire pour vous aider à vous y retrouver. Peut-être aussi un guide chronologique des événements important ?

    (- Luka : Oui, fais-le. Déjà rien que pour toi, ça t’évitera d’écrire des incohérences… Comme mon âge à mon arrivée à Miginnie par exemple…

    Haha, désolée pour ça, j’ai toujours eu du mal à calculer les âges ^^’)

    Bien qu’Alys soit le personnage principal de la fiction, j’ai eu à plusieurs reprises envie de la secouer… Pourtant, ses réactions et comportements sont cohérents par rapport à son vécu et à ses habitudes. Enfin, j’aime beaucoup voir son évolution, et maintenant qu’elle apprend à se battre (-Leora : Grâce à moi ! Attendez, est-ce que c’est la seule chose d’intéressant que j’ai fait dans cette première partie ? J’espère avoir un rôle plus important dans la deuxième ! ), j’espère que vous aussi vous pourrez apprécier ses changements !

    (- Alys : Sinon ça ne me dérange pas de laisser ma place à quelqu’un d’autre… Je peux plutôt aller dans une histoire où je souffrirais un peu moins ?!)

    Une partie est centrée sur Alys, l’autre, sur la recherche de l’héritier de Miginnie. Mais ces histoires sont très fortement liées (maintenant que Luka est à la tête d’Edior, royaume d’Alys, les deux femmes sont ennemies !). J’espère que cette partie de l’histoire sur Luka, Meiko, l’héritier, Yukari, Yuuma,… vous plait aussi ! Moi j’aime beaucoup écrire ces passages ! D’ailleurs j’aimais beaucoup Yukari, sa curiosité, sa passion pour les ragots, son envie de faire des choses importantes tout en ayant peur d’aller trop loin,...

    (- Yukari : Alors pourquoi?! :( )

    Genshine Kyuu et Roku ont eu plus d’importance dans cette première partie que prévu. Au début, je voulais qu’ils soient assez effacés, parce que ce sont des personnages que j’ai moi-mêmes créés et je ne voulais pas qu’on dise que je fais du favoritisme. Mais au final les passages avec eux s’écrivaient tout seul alors je me suis dit… Tant pis pour ceux que ça dérangent, moi j’aime bien écrire sur mes jumeaux x)

    ( - Kyuu : Je n’ai pas confiance, il nous arrive toujours des trucs mauvais dans ses histoires u_u

    - Roku : Je crois qu’elle aime faire souffrir les personnages qu’elle aime bien :/

    Ne les écoutez pas, je les traite très bien ! :p)

    Enfin voilà. J’espère que vous continuerez à suivre la deuxième partie pour revoir tous ces personnages continuer leur aventure !

    - Kaito : Attends, je ne suis pas encore intervenu ! Je suis un personnage important pourtant, il faut que je dise quelque chose…

    - Meiko : Moi aussi je veux dire un petit mot ! Je te vengerai Yukari ! >_<

    - Kyo : Au début je me disais super, je suis le prince charmant de l’histoire. Pourquoi je finis par passer par un satyre ? :/

    - Satou : Est-ce que quelqu’un se rappelle de moi ? :(

     


  • Commentaires

    1
    CitronSec
    Dimanche 6 Août à 17:14

    La brutalité de la fin :')

    Pourquoi Kyo est-il mon personnage préféré ? *honte*

      • Dimanche 6 Août à 21:49

        Oui :) C'était nécessaire x)

        ... Je ne sais pas XD Mais en vrai je l'aime bien aussi, c'est un personnage intéressant.

    2
    Dimanche 6 Août à 21:29

    Et ben, cette fin... :/
    Pourtant, je trouve que le reste du chapitre est relativement calme. Je m'attendais à voir davantage la bataille entre Edior et Miginnie, mais finalement non. Ce qui est bien, c'est que ça donne l'occasion de se concentrer davantage sur les réactions d'Alys, et vu qu'elle ne se trouve pas à l'endroit de cette action, ça peut se comprendre qu'on ne voit pas la bataille. 

    J'aime bien la réaction que tisse Alys avec Maika, et la scène de l'entraînement. Je trouve ça chouette qu'elle ne se retrouve pas toute seule^^

    Par contre, Kyo... Il passe vraiment pour un enfoiré pour le coup. Je n'ose même pas ce que va donner le Royaume de Katenze quand celui-là deviendra Roi... 

    En gros, j'aime bien l'évolution d'Alys dans la fiction. Tu dis que tu avais souvent envie de lui donner des baffes, mais ses réactions au début peuvent encore accentuer son évolution (parce que, avec ce qu'elle va vivre, elle ne pourra pas se permettre de rester aussi douce x))

    Je te l'ai certainement déjà dit, mais je suis époustouflé par ta manière d'écrire les descriptions, surtout en ce qui concerne les personnages. (Je ne pense pas être aussi doué que ça moi, je devrai prendre exemple pour ce côté-là)

    En fait, je me dis que la manière plutôt "calme" de raconter le chapitre permet de mettre plus l'accent sur le choc de la fin. On pouvait s'y attendre, au vu du plan de Luka, mais je ne pensais pas qu'on le découvrirait comme ça...

    En tout cas, les dés sont relancés à la fin de cette première partie. J'ai hâte de lire la suite !

    Ah oui. Si tu veux un petit conseil pour les lieux. Pour ma fiction, j'avais créé une carte (je pense que tu t'en souviens). C'est assez pratique à faire avec un petit logiciel (ou même simplement à l'écrit). Ça permet d'avoir une vraie vue sur la géopolitique, et sur les positions des Royaumes et des pays. Si tu dois écrire des scènes qui demandent à décrire des lieux, c'est assez pratique, même si tu gardes ça pour toi... (par exemple, en ce qui me concerne, la carte permet de me faire une image plus claire des lieux sur lesquels je situe une action, ça rend l'écriture de certaines scènes un peu plus simple...)
    En tout cas, si ça t'intéresse, je peux toujours t'expliquer plus en détail... (si je peux aider^^)

      • Dimanche 6 Août à 22:00

        Il y a pas mal de choses que j'improvise, mais la fin de la première partie ça fait depuis le premier chapitre que je la connais :p

        Ah oui, en fait on ne suit que quelques personnages dans ma fiction. Du coup, vous n'avez que leurs points de vue. Mais il y aura des grandes batailles dans ma fiction aussi, les plus "importantes" vu que les personnages que vous suivez seront dedans ^^

        Je trouvais ça important qu'Alys retrouve des personnes sur qui se reposer, je ne lui fais pas que de mauvaises choses x)

        J'ai changé d'avis au moins dix fois sur ce personnage (Kyo), mais je ne regrette pas ma décision pour l'instant :)

        Je pense que je décris assez bien les émotions et ce genre de choses, par contre les descriptions physique (personnages, lieux,...)... C'est ma plus grosse difficulté. Souvent j'écris des passages entiers sans aucune description et après je dois les ajouter ^^'

        Je ne fais mes cartes qu'à l'écrit pour l'instant, mais oui si je veux vous montrer ça peut-être intéressant de le faire sur un programme (ce sera plus lisible pour vous en tout cas x) ). Si tu as un programme à me conseiller, je veux bien merci ^^

        Et merci pour ton avis !

         

      • Jyôka Ryu
        Lundi 7 Août à 07:23

        Oui, c'est normal de prévoir une révélation comme ça depuis le début je trouve (et puis, ça montre que tu as planifié pas mal ta fiction).

        C'est vrai que je m'attendais à voir plus de scènes concernant la bataille, surtout après le chapitre 7. Du coup, au début, je me suis dit "oh zut, on ne verra pas ça". Mais d'un autre côté, on gagne les réactions d'Alys. Et comme c'est le personnage principal, je trouve la décision logique. 

        Oui, c'est bien de lui donner une amie^^ Ce que j'aime bien aussi, c'est que, malgré le fait que leur rencontre ne s'est pas déroulée il y a longtemps (en termes de chapitres dans la fiction) on ressent bien le fait qu'elles sont attachées l'une à l'autre. Et, oui, tu décris particulièrement bien les émotions des personnages, j'ai l'impression que je prends une leçon à chaque fois que je lis un de tes chapitres. Et c'était aussi l'un des points forts de la fiction avec Kyuu et Roku (Comme j'ai l'impression de ne pas savoir bien écrire ça, je passe toujours énormément de temps à réfléchir aux réactions des personnages. C'est là ma plus grande difficulté. Du coup, lire tes fictions a quelque chose d'inspirant. Par contre, je pense écrire mieux les descriptions de lieux, j'ai plus facile à me faire l'image du lieu dans ma tête et à le décrire)

        Pas de problème, je t'envoie ça !

        Et de rien^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :